COMMUNIQUE DE PRESSE: DONNER SA VÉRITABLE PLACE A LA PROFESSION DE COLLABORATEUR PARLEMENTAIRE
Partager

COMMUNIQUE DE PRESSE

Donner sa véritable place à la profession de collaborateur parlementaire

Le Président de la République, Emmanuel Macron, s’est prononcé il y a quelques jours à Versailles au Congrès sur la réduction du nombre des parlementaires.

Je cite : « Un Parlement moins nombreux mais renforcé dans ses moyens c’est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s’entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux, c’est un Parlement qui travaille mieux. »

Dans ce contexte de réforme annoncée, nous ne pouvons continuer sans clarification des contours de la profession de collaboratrice et collaborateur. Une définition est désormais nécessaire. Pour favoriser la qualité du travail parlementaire, il convient de sécuriser leurs conditions de travail et la fin du contrat de travail au regard de la charge qui leur incombe.

C’est pourquoi nous proposons, avec d’autres parlementaires, des dispositions donnant toute sa place à cette profession dans la vie des assemblées, permettant d’encadrer et de clarifier ses conditions d’emploi, dans l’intérêt des parlementaires et de leurs salariés.

Ces dispositions ne remettront pas en cause l’indépendance des assemblées. Nous sommes en effet attachés à ce que les parlementaires recrutent librement leurs collaborateurs.

Ces impératifs seront traduits dans des amendements au Projet de loi visant à « rétablir la confiance de l’action publique », examiné lundi 10 juillet au Sénat.

Les principaux objectifs de ces amendements sont :

– Inscrire dans le règlement interne de chacune des assemblées la définition du métier de collaborateur parlementaire

– Flécher les crédits

– Codifier les conditions de fin de contrat

– Doter nos institutions d’outils pour garantir l’effectivité des emplois de collaboratrices et des collaborateurs.

Ces amendements ont été relayés auprès de la Garde des Sceaux et des collègues parlementaires.